Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Enseignements catholiques

L'expérience et l'intelligence de la foi


TOUTE LA VIE DU PERE ANDRE AFOUNANA A ETE UNE KENOSE

Publié par Père Pacôme BALLE sur 20 Octobre 2021, 11:19am

Catégories : #Présentations

Le Révérend père André AFOUNANA est mon oncle paternel. C'est chez lui que j'ai fait mon discernement vocationnel. Malheureusement il a rejoint la patrie céleste avant même mon entrée au séminaire. Au demeurant, il fait partie de ces figures qui ont impacté par leur vie et leur mission la vie ecclésiale dans le diocèse de Dassa-Zoumé. Je n’ai pas passé beaucoup de temps auprès de lui. Il était déjà en convalescence quand je fus près de lui. Mais à ses côtés j’ai appris deux choses : premièrement, que c’est au cœur de la souffrance que Dieu mesure mieux notre attachement à sa Personne. Deuxièmement, que l’homme n’a pas besoin d’une éternité pour prouver à Dieu et aux hommes sa fidélité et son amour. Ainsi ai-je découvert en cet homme un serviteur tout donné à l’Eglise, un homme riche de Dieu, un apôtre de l’unité et de la promotion des vocations, un serviteur de la miséricorde divine, un prophète puis un dévot de la Vierge Marie.

 

Un homme tout donné au service de l’Eglise

Le père André AFOUNANA, de par le sacerdoce, était déjà tout donné au Seigneur. Si j’insiste sur ce don, c’est parce que le serviteur qu’il a été n’avait pas négocié avec cette vie toute donnée. En tant que prêtre, il ne faisait rien qui pût entretenir ses propres intérêts ou bien thésauriser pour ses propres besoins. Il a été un pasteur tout donné comme Jésus Christ le Pasteur par excellence qui donne sa vie pour ses brebis (cf. Jn 10, 11). Il était capable de braver les ténèbres de la nuit, le vent et la pluie pour aller au secours de ses paroissiens en détresse. De la même manière, malgré sa santé faible, il se privait de repas ou bien même de vivres au profit des pauvres et des affamés. On pouvait définir sa vie en ces termes : tout pour le prochain et presque rien pour soi-même. Ce souci l’avait souvent habité, raison pour laquelle il avait créé auparavant des fermes à Odjouro et Adjantè, dans la commune de Bantè, afin de subvenir aux besoins vitaux des nécessiteux. Ce don de lui-même à Dieu et au profit du prochain a fait de lui un prêtre pauvre mais riche de Dieu.

 

Un homme riche de Dieu

Toute la vie du révérend père André AFOUNANA a été une kénose, un dépouillement total de soi. Il n’avait de richesse que Dieu et son peuple au service desquels il était. Le seul souci qui le hantait était de réussir sa mission. Les moyens pour y parvenir, c’était Dieu qui les fournissait. Il n’avait pas de grands moyens ; cependant, il ne se plaignait jamais du minimum nécessaire pour sa vie et son ministère. Pour lui, « à chaque jour suffit sa peine » (Mt 6, 34). Cette pauvreté de cœur le disposait à croire en la Providence divine. Et je crois que jamais il n’a manqué de rien. Dieu le comblait toujours selon ses besoins. Après sa mort, sa famille biologique était étonnée de voir qu’il n’avait pas de compte bancaire personnel. Le carnet de la caisse nationale d’épargne (CNE) retrouvé dans sa chambre, ne comportait que ce qu’il fallait pour que le compte ne soit pas fermé.

 

Un apôtre de l’unité et de la promotion des vocations

A propos du père André, l’unanimité est faite sur son sens de l’unité et de la solidarité. Grâce à son cœur paternel et son souci des vocations au sacerdoce, bon nombre de prêtres ont bénéficié de son accompagnement spirituel et matériel et de son sens de discernement de l’appel de Dieu. Dans ce sens, il a aidé également beaucoup de jeunes à s’orienter dans la vie religieuse, le mariage et même au plan social. Le père André AFOUNANA sur ce point a été un excellent conseiller. Qui prend le temps de l’écouter et de suivre ses recommandations n’était pas déçu. Il était aussi un prophète.

 

Un prophète qui pouvait prédire l’avenir

Prophète, le père André AFOUNANA l’était déjà certes par la mission de l’annonce de l’Evangile, mais il avait en outre un autre charisme dans ce sens. Il pouvait prédire ce qui allait arriver. L’anecdote suivante n’en donne qu’une petite idée. D’autres personnes ont vécu avec lui des choses plus étonnantes. Un jour, nous étions dans le jardin de la paroisse pour quelques travaux en présence du père André AFOUNANA, qui se tenait là dans un coin avec sa canne, pour voir notre détermination. Subitement un rat palmiste sort de son trou. A deux, on s’était mis à pourchasser le rat dans l’espoir de le tuer pour agrémenter la sauce du soir. Pendant la course derrière le rat, le père nous avait lancé un défi. Il nous disait qu’il lui reviendra le privilège d’anéantir l’animal. Nous n’y avons pas cru. Car il était debout et n’avait pas bougé d’un pas. Malgré notre bonne volonté nous n’avons pas pu rattraper notre proie. A notre grand étonnement, l’animal, après nous avoir tournés en rond, s’est présenté devant le père qui a finalement eu le mérite de l’anéantir au moyen de sa canne sans grand effort.

 

Un homme de pardon

Le révérend père André AFOUNANA était aussi un grand serviteur de la miséricorde. Avec son cœur compatissant et miséricordieux, il était capable d’accorder le pardon à toute offense. Je me rappelle qu’un jour, il devait se rendre dans sa ferme à Adjantè pour y récupérer les fruits de ses récoltes en faveur des plus pauvres. J’avais eu la chance d’effectuer le voyage avec lui de Dassa à Adjantè. Une fois sur place, nous avons constaté avec amertume que les voleurs nous avaient devancés. Malgré les enquêtes, il n’a pas pu trouver les voleurs. Ce qui m’a le plus surpris, est qu’une fois sur la voie du retour, le père nous a invités à prier pour les voleurs. On avait déjà fini le chapelet à l’aller. Mais à cause de cette situation, nous avions repris le chapelet pour la conversion des voleurs.

 

Un dévot de la Vierge Marie

Durant mon séjour avec le père André AFOUNANA, il n’avait jamais manqué de méditer chaque jour les saints mystères du rosaire. Ses temps morts étaient remplis d’Ave Maria. Chaque fois que nous avions eu à voyager avec lui dans une même voiture, il nous faisait profiter de cette dévotion à l’aller comme au retour. Que la Vierge qu’il a tant honorée toute sa vie intercède pour lui !

 

Père Pacôme BALLE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents