Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Enseignements catholiques

L'expérience et l'intelligence de la foi


Ceci s’est produit en 1987 avec le Père André AFOUNANA - Témoignage de la Sœur Félicité FADE

Publié par Sœur Félicité FADE sur 21 Octobre 2021, 12:36pm

Catégories : #Présentations

Il n’y a pas de hasard sur les chemins de la vie, toute rencontre est providence, toute providence est mission, toute mission trace un chemin de bénédiction, afin que s’accomplisse la parole du psalmiste : « Tu m’apprends le chemin de la vie : devant ta face, débordement de joie ! A ta droite, éternité de délices ! » (Ps 15, 11)

Dans le cadre de ce petit entretien et à l’occasion de mes 25 ans de vie religieuse, je suis très heureuse de vous parler de l’homme dont l’heureuse rencontre a façonné l’une des plus belles pages de ma vie.

Je me situe en 1987 avec le père AFOUNANA qui a été l’instrument de la providence divine pour donner sens à ma vie. Tout commence avec le décès de ma Mère, et mon éveil à l’appel du seigneur dans un contexte familial peu favorable à la foi chrétienne. Très tôt, des oppositions à mon engagement à la suite du Christ furent vives, et ceci pour plusieurs raisons. Ma grand-mère maternelle, étant encore sous le choc du décès prématuré de ma Mère, manifesta un refus catégorique à mon désir. Etant la fille aînée de mon père, qui était un fils unique pour sa mère, je devais me préparer à braver intelligemment et sans affront les obstacles de mes oncles et tantes qui voyaient dans la vie consacrée l’extinction d’une race et ma démission face aux responsabilités d’ainée de famille. A ce moment, il fallait finir avec un dilemme : choisir la famille ou le Christ. La conséquence était claire pour moi. Ainsi, je devais accepter d’être abandonnée des miens. Mais le Seigneur, sachant faire ses choses, mit sur ma route le Père André AFOUNANA, avec qui je passai une partie de ma vie d’enfant abandonnée afin de pouvoir répondre à l’appel du Seigneur.

A cet homme de Dieu je rends un hommage émouvant. Pour lui, je suis en action de grâce et je déborde de beaux souvenirs. La détermination et l’abnégation faisaient le résumé de sa vie. Pour lui, le seul bien était d’être en état de don. Curé d’un village, avec des moyens très limités, il n’avait rien pour lui-même. Ses activités champêtres devraient constituer sa ressource pour nourrir tous les enfants dont il avait la charge. Son expérience de la vie devrait être la source intarissable pour irriguer notre vie et nous accompagner chacun avec son histoire. C’était un père au cœur maternel tant il était paternel. Il devait, chaque matin manifester sa sollicitude envers nous en appelant chacun par son prénom. Ce qui nous rassurait et nous permettait de nous émerveiller devant un visage bienveillant. Aussi le faisait-il pour nous communiquer la joie qui était au fond de lui. C’était un homme heureux tant il était humain : rien pour lui, tout pour les autres. Le plus beau souvenir que je garde de cet homme est son altruisme. Son dépouillement était légendaire. Le pauvre devait trouver en lui l’homme au cœur débordant de générosité. Le malade voyait en lui le compatissant prêt à aider jusqu’à l’extrême. Sa bâchée, nuit et jour, est à la fois ambulance et corbillard. Les fidèles chrétiens et les (païens) ne pouvaient que se réjouir de ce pasteur zélé et accueillant de jour comme de nuit, soucieux du bien-être des autres. Tant il était prêtre.

En évoquant ces souvenirs, nous n’oublierons pas que le père André AFOUNANA était un prêtre plein de foi et d’espérance, ce qui se traduisait par son assiduité à la prière. Ses célébrations eucharistiques dans les villages faisaient voir sur son visage le don de la richesse qu’il portait en lui-même. Tellement il tenait à la messe … L’attachement à la vierge Marie constituait pour lui un appui indéniable. En revenant sur l’histoire et la grandeur de ce prêtre, je me permets de répéter avec saint Augustin que mes souvenirs ne sont qu’action de grâce pour moi, pour lui et pour ce que le Seigneur fait de nos vies malgré nos limites. Puisse-t-il avoir la récompense de bon serviteur dévoué à la cause du Maître. Amen !

Sœur Félicité FADE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents